Retour à la liste
Ève-Mélody  Salom

Ève-Mélody Salom

  • Master 2020
    Piano

Ève-Mélody commence ses études musicales et de danse au Conservatoire de Dijon avant d’intégrer en 2015 le Conservatoire de Paris (CNSMDP) en piano dans la classe de D. Pascal. Elle obtient en 2020 son diplôme de Master. Passionnée de musique de chambre, elle rejoint au CNSMDP la classe de C. Désert en 2019 ainsi que la même année la classe d’alto de P.-H. Xuereb. Régulièrement sollicitée par de nombreux festivals, elle se produit en soliste, avec orchestre ou en diverses formations de musique de chambre. Lauréate de plusieurs concours internationaux, elle remporte en 2020 le prix au concours Yamaha Music Foundation of Europe en piano.


Claude Debussy,
Préludes pour piano, 1er livre
 Danseuses de Delphes
 Voiles
 Le vent dans la plaine
 « Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir »
 Les collines d’Anacapri
 Des pas sur la neige
 Ce qu’a vu le vent d’Ouest
 La fille aux cheveux de lin
 La sérénade interrompue
 La Cathédrale engloutie
 La danse de Puck
 Minstrels

Fryderyk Franciszek Chopin,
Ballade n° 4 en fa mineur, op. 54 pour piano

*          *
*

Nous vivons à une époque où il est essentiel de comprendre que les saisons d’aujourd’hui ne sont pas celles du passé. Les 12 Préludes du 1er livre des Préludes de Debussy, matière très délicate à traiter dans leur interprétation, expriment un sujet d’actualité de notre temps. Ils sont inspirés de la nature : on y retrouve la terre, la mer, le vent, la neige, tantôt dans une atmosphère ouatée et poétique, tantôt dans un univers animé et tumultueux.

Debussy, compositeur de génie, a révolutionné l’écriture musicale en l’enrichissant de nouveaux procédés basés sur l’originalité, la liberté et l’audace. Les Collines d’Anacapri, prélude inspiré à partir de l’étiquette d’une bouteille de vin, selon les uns, ou, des histoires sur Anacapri de l’écrivain Axel Munthe, selon les autres, est une vision jubilatoire de voyage en Italie. La mélodie a des intonations, des accents et des rythmes aux couleurs locales. Les nuances variées et subtiles aussi bien que nettes et ciselées, éblouissent et entraînent le voyageur dans une atmosphère sensuelle et chaloupée du plus somptueux effet. Toute la palette sonore du piano est un orchestre à lui tout seul.

Les Préludes forment, dans leur ensemble, une fresque poétique révélant la profondeur et la beauté de la musique née à l’aube du XXe siècle. Je suis très sensible à la beauté des tableaux impressionnistes aux si belles couleurs baignées de lumière que Debussy nous a transmis.

Ces cartes postales sonores qu’il nous a envoyées, je les ai écoutées, très jeune, je les ai lues et relues, jouées et réinterprétées au fil de mon imagination, que j’ai souhaitée dans mon travail d’interprète la plus proche de celle de son créateur.

La Ballade n°4, op.52 de Frédéric Chopin est l’une des plus belles pages que le compositeur nous a laissée. Incarnant à jamais le romantisme, Chopin l’a créée et dédiée à la baronne Charlotte de Rothschild. On peut y lire un langage mêlé de passion, de mélancolie et de fougue. Les deux visages de Chopin s’expriment ici, le jeu du compositeur rend indissociable l’écriture et de la pensée. Cette Ballade confie, à son début, un sentiment de rêve traduit dans un souffle aérien. La progression se veut inquiète et suppliante, s’intensifie à son sommet pour se terminer dans une explosion sonore d’un enthousiasme qui nous emmène dans un torrent de passion romantique.

J’ai découvert cette Ballade n° 4 dans mes toutes premières années d’études au Conservatoire de Dijon. Bien trop jeune pour pouvoir l’interpréter, je l’ai écoutée bien des fois avant de pouvoir me l’approprier des années plus tard. Au fil du temps, l’œuvre de Chopin a empli ma vie, me procurant toujours autant d’émotion. Je me suis forgée une identité musicale à partir de son œuvre. J’ai passé des moments merveilleux à parcourir sa vie en réalisant le mémoire de mon master dont le sujet a été consacré à l’influence de l’opéra dans l’œuvre de Chopin.

Boulimique de la musique romantique et impressionniste, je considère que les Préludes de Debussy sont des magnifiques tableaux à la hauteur de l’œuvre rayonnante, d’un éclat inégalable, de Chopin. Ils tiennent une place prépondérante dans le répertoire que j’affectionne depuis mon plus jeune âge et qui me correspond le mieux.

Courriel

Claude Debussy Préludes, 1er Livre pour piano (extraits)
En vidéo

Claude Debussy Préludes, 1er Livre pour piano (extraits)

Sous-titre
Enregistré sans montage le 15 septembre 2020 au Conservatoire de Paris