Les 30 ans du Conservatoire de Paris à La Villette en digital

Les 30 ans du Conservatoire de Paris à La Villette en digital

Mis à jour le 07 décembre 2020 – 30 ans

Un anniversaire est aussi l’occasion de prendre le temps nécessaire à une rétrospection pour mieux se projeter et imaginer ce que devra être le Conservatoire de demain. C’est ce à quoi est consacrée cette journée de réflexion et de partage sur l’avenir de notre institution, rendue d’autant plus impérative après la pandémie Covid-19 qui a modifié notre rapport au monde. Le Conservatoire se doit de se saisir de ces questionnements qui ont traversé la société et le monde de l’art. Plusieurs grandes personnalités artistiques et intellectuelles, spécialistes de l’enseignement artistique et de la culture sont invitées à nourrir ces réflexions, à nous interroger, à nous bousculer peut-être, dans le but essentiel de se réinventer avec enthousiasme et inventivité.

Dimanche 6 décembre 2020

Penser le Conservatoire | Journée de débats à suivre sur notre site

Chaque débat débute par une miniature musicale. 

10h : Site réel/Site virtuel   

L’architecture du bâtiment porte en elle, comme une photographie, un instantané de l’identité du Conservatoire. En 1990, le bâtiment a été conçu pour que les pratiques individuelles et collectives puissent pleinement se déployer, avec la volonté que l’apprentissage de la scène trouve sa traduction dans de nombreuses représentations publiques.

Pour un établissement d’enseignement supérieur artistique, quelle sera à l’avenir la fonction de l’architecture du bâtiment compte-tenu des transformations pédagogiques en cours et à venir (nouveaux modes d’apprentissage, nouveaux usages, notamment numériques et écologiques) ? Quels conditions et principes permettront de faire communauté ? Quels espaces et circulations à construire pour unir la ville, les publics et le lieu d’enseignement ?   

Avec

  • Christian de Portzamparc, architecte et urbaniste, concepteur de la Cité de la Musique
  • Wilma Franchimon, présidente du conseil exécutif de la Codarts University of Art, Rotterdam
  • Florence Kohler, cheffe de projet à la direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle du ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation - Mission expertise conseil auprès des établissements
  • Apolline Gouzi, étudiante en 2e cycle au Conservatoire de Paris dans les classes d’histoire de la musique et d’esthétique
  • Camille de Rijck, modérateur

Gustave CARPÈNE, Petite collection de rêves
Le temps d’un clin d’œil au travail de Christian Boltanski, les rêves architecturaux oubliés dans les sous-sol du conservatoire s’échappent, errent dans les couloirs, se diffusent et flottent à l’état de petits fantômes pour fêter à leur manière les 30 ans du bâtiment.
Fernando Palomeque, clavecin
Ambre Vuillermoz, accordéon

Lanqing DING, Elle
En langue chinoise, une mère est comme une école, dans le sens où l’école protège et éduque à l’instar d’une mère. Cette métaphore est à l’origine du titre de la pièce.
Dans cette œuvre j’ai voulu créer une ambiance douce, liquide… mais simultanément énergique à l'intérieur.
La mélodie de la très célèbre chanson d'anniversaire est dissimulée dans la pièce. Elle est comme un fil rouge autour duquel tous les matériaux et les images de cette pièce se tissent.
Vincent Gailly, accordéon
Ryo Nakajima, saxophone
Corentin Aubry, percussions

14h : La formation (unité de temps ?)

L’évolution des pratiques et des métiers se traduit aujourd’hui par un accroissement des carrières protéiformes, de l’usage des technologies numériques, du croisement entre les différentes approches esthétiques et artistiques. En quoi les carrières vont encore évoluer ? Quels seraient les temps d’apprentissage à articuler dans l’objectif de favoriser la formation des artistes tout au long de la vie ? Comment favoriser un écosystème apprenant ?  

Avec

  • François Taddei, co fondateur et directeur du Centre de Recherches Interdisciplinaires – Université de Paris
  • Noé Soulier, danseur et chorégraphe, directeur du Centre national de danse contemporaine d’Angers (en attente de confirmation)
  • Ulrike Sych, rectrice de l’Université de musique et des arts du spectacle de Vienne
  • Jules Cavalié, étudiant en 2ème cycle de Musicologie et analyse au Conservatoire de Paris
  • Camille de Rijck, modérateur

Matteo GUALANDI, DolorosAsimmetria
La pièce se divise en deux mouvements.
Dans le premier, les fragments d’une mélodie alternent langoureusement entre le violon et le violoncelle. Comme dans une relation, les instruments se touchent, s’effleurent, se confrontent ; ils se déplacent de leurs registres habituels pour se rapprocher ; ils se séparent.
Leur diversité fait qu'ils se cherchent, mais aussi qu'ils ne se comprennent pas. Une fois leur asymétrie acceptée, les deux pourront (peut-être) finalement se trouver.
Le deuxième mouvement est une danse frénétique, parsemé d’arrêts délicats et extatiques ; juste le temps d’un regard, avant de repartir à toute vitesse.
Ayane Kawamura, violon
Jean-Baptiste Ginouves, violoncelle

16h : Recherche et création
 
Le rôle des artistes dans l’espace public est affecté par la période de pandémie que nous traversons et aussi par la demande d’une meilleure prise en compte des questions liées à l’environnement, au développement durable et à la diversité. Est-ce que les modèles de création en vigueur vont perdurer ?
Quel appui trouver auprès des chercheurs ? Comment et en quoi les travaux de recherche peuvent impacter la formation ?

Avec

  • Alexander Neef, directeur de l’Opéra de Paris
  • Thomas D. Meier, recteur de l’Université des arts de Zurich
  • Emilie Delorme, directrice du Conservatoire de Paris
  • Raphaëlle Blin, étudiante en 2ème cycle au Conservatoire de Paris dans les classes d’analyse et d’esthétique
  • Camille de Rijck, modérateur

Alexandre JAMAR, Sur le nom de
Le discours de cette brève pièce pour trio de violoncelles repose sur la confrontation de deux idées. La première est le contexte harmonique induit par les trois instruments et leur accord respectif. Dans cette « situation scordaturée » vient s'introduire un élément isolé, un motif « sur le nom de ». L'histoire de la musique connaît bien cette locution, puisque les compositeurs ne peuvent souvent pas s'empêcher de rendre hommage à leurs prédécesseurs en leur dédiant une « Berceuse sur le nom de Fauré ou de Haydn », une « Fugue sur le nom de Bach ou de Chostakovitch », ou des « Variations sur le nom de Sacher, de Sacher ou encore de Sacher ». Pas d'hommage nominatif ici, mais cette brève incise qui parcourt l'œuvre emprunte ses notes aux initiales d'une institution culturelle parisienne trentenaire, qui – une fois n'est pas coutume – se fait prétexte à musique.  
Emmanuel Acurero, Charbel Charbel & Jean-Baptiste Ginouves, violoncelles
 
Filippos SAKAGIAN, Firewalkers
Enter the fire, walk barefoot over the glowing-red coals, let yourself be seized by god himself and achieve the ecstatic trance-state of Pan. Let this be my offering to the flame.
Fanny Vicens, accordéon microtonal XAMP
Ambre Vuillermoz, accordéon
Aurélien Gignoux, percussions

Et toujours en direct

11h50/12h45 : « D’un Conservatoire à l’autre » de Rémy Campos

Après avoir occupé le bâtiment d’un collège jésuite de 1911 à 1990, le Conservatoire de Paris s'est installé dans un édifice construit pour son usage sur le site de la Villette. Ce film donne la parole à des témoins de ce bouleversement afin d'explorer la part des lieux dans l'enseignement de la musique et de la danse, et dans la vie des artistes en général.
Avec la participation de : Cyril Atanassoff, Marion Bénet, Claire Désert, Anne Le Bozec, Gérard Buquet, Yves Gérard, Yann Geslin, Jean Guillou, Christian Ivaldi, Alain Louvier, Bruno Mantovani, Alexandros Markeas, Irène Martin, Mathilde Plateau, Raphaël Pidoux, Roland Pidoux, Olivier Reboul, Alain Savouret et Hervé Sellin.
Production : service audiovisuel du Conservatoire
Réalisation : Agnès Démaret
Prise de son : Jean-Christophe Messonnier

12h45/14h00 : Programme de l’Ensemble chorégraphique du Conservatoire

1. Fan Dance 7’30
Chorégraphie : Andy de Groat,
Reconstruction : Catherine Beziex,
Musique : Sylvester, Don’t stop
Costumes : Catherine Garnier en collaboration avec Catherine Beziex
CAST : OLIVIER Nirina, APPESSECHE Esteban, XU Su, LAFON Jeremie, JACQUART Pierrick, PIDOUX Ayla, PLATEAU Mathilde, SCRÈVE Lucie, DOMENACH Lucie, FRIBAULT Alexandra, LANGEVIN Noémie, CARTIGNY France, ASSELIN Simon, ALBERT Marie, GALMEL Eva, REAL Matteo, PELISSE Marie

2. Twenty-seven perspectives 28’
Transmission pour l’Ensemble chorégraphique du Conservatoire de Paris
Chorégraphie : Maud Le Pladec
Assistant : Simon Feltz
Musique : Pete Harden, à partir de la Symphonie Inachevée n°8 de Franz Schubert
Création lumière : Éric Soyer
Costumes : Catherine Garnier et Maud Le Pladec
Original Cast CAST
Solo Régis APPESECHE Esteban
Solo Jackie FRIBAULT Alexandra
Solo Louis NamASSELIN Simon
Solo Maria DOMENACH Lucie
Solo Noé REAL Matteo
Duo PLATEAU Mathilde & SCRÈVE Lucie
REAL Matteo, CARTIGNY France, JACQUART Pierrick, OLIVIER Olivier, LANGEVIN Noémie, JEAMMOT Erwan, LAFON Jérémie, XU Su, PIDOUX Ayla

3. Works – Nina et duo Karolina / Geneviève 13’30
Chorégraphie, lumières : Emanuel Gat
Musique : Nina Simone, Jean-Sébastien Bach
Costumes Catherine Garnier

Duo 3'30
Cast 1. Duo ALBERT Marie BONIS Morgane

Nina 10’
ALBERT Marie, AYMÉ Loïc, BARRÉ Alexia, BONIS Morgane, GIGOT Louis, REBUFFAT Salomé, LELONG Quentin, DUROUCHOUX Jeanne

Duo 3’30
Cast 2. Duo REBUFFAT Salomé et DUROUCHOUX Jeanne

4. Set and reset reset 15’
Chorégraphie : Trisha Brown
Reconstruction: Kathleen Fisher
Musique: Laurie Anderson
Costumes : d’après le design original de Robert Rauschenberg en 1983
Cast : BONIS Morgane, DE SOUSA Zoé, ALBERT Marie, REBUFFAT Salomé, LECAT Agathe, DUROUCHOUX Jeanne, AYMÉ Loïc

15h30/16h : Programme de l’Ensemble chorégraphique du Conservatoire

1. Hearts and Arrows By Benjamin Millepied 17’
Reconstruction: Charlie Hodges
Musique : Philippe Glass.
Concept visuel : Liam Gillick.
Costumes : Janie Taylor.
Lumières : Roderick Murray.
CAST : ALBERT Marie, DUROUCHOUX Jeanne, LECAT Agathe, REBUFFAT Salomé, LAFON Jérémie, LELONG Quentin, JEAMMOT Erwan, AYMÉ Loïc, BARRÉ Alexia, XU Su, GIGOT Louis, BONIS Morgane

2. Fan Dance 7’30
Chorégraphie : Andy de Groat,
Reconstruction : Catherine Beziex,
Musique : Sylvester, Don’t stop
Costumes : Catherine Garnier en collaboration avec Catherine Beziex
Cast : ALBERT Marie, AYMÉ Loic, BONIS Morgane, LELONG Quentin, BARRÉ Alexia, REBUFFAT Salomé, GIGOT Louis, DE SOUSA Zoé, LECAT Agathe, DUROUCHOUX Jeanne

    18h00 : Concert jazz présenté par Arnaud Merlin  

    Programme : Jérôme Kern : I’m Old Fashioned (arrangement de Riccardo Del Fra)
    Inès Matady, chant
    Antoine Martin, saxophone
    Noé Huchard, piano
    Théo Moutou, batterie
    Riccardo del Fra contrebasse

    Coots & Lewis : For All We Know
    Inès Matady, chant
    Riccardo del Fra, contrebasse

    Jérôme Kern-Oscar Hammerstein-Otto Harbach : I Won’t Dance
    Inès Matady, chant
    Antoine Martin, saxophone
    Pierre de Bethmann, piano
    Théo Moutou, batterie
    Juan Villarroel, contrebasse

    Cole Porter : All Of You (arrangement Théo Moutou)
    Inès Matady, chant
    François Théberge, saxophone
    Noé Huchard, piano
    Théo Moutou, batterie
    Juan Villarroel, contrebasse

    Richard Rodgers & Lorenz Hart : Bewitched
    Inès Matady, chant
    Noé Huchard, piano
    Théo Moutou, batterie
    Juan Villarroel, contrebasse

    George & Ira Gershwin : But Not For Me
    Inès Matady, chant
    Antoine Martin, saxophone
    Noé Huchard, piano
    Théo Moutou, batterie
    Juan Villarroel, contrebasse

    George & Ira Gershwin : The Man I Love (arrangement Antoine Martin)
    Inès Matady, chant
    Antoine Martin, saxophone
    Noé Huchard, piano
    Théo Moutou, batterie
    Juan Villarroel, contrebasse

    Distribution
    Quintet SONGBOOK
    Inès Matady, chant
    Antoine Martin, saxophone alto
    Noé Huchard, piano
    Théo Moutou, batterie
    Riccardo Del Fra, contrebasse

    Avec l’aimable participation des professeurs Pierre De Bethmann (piano) et François Théberge (saxophone soprano) et de Juan Villarroel, étudiant bassiste.

    Lundi 7 décembre 2020

    13h – 16h : Scène de demain, découvrez les étudiant.e.s diplômé.e.s cette année (master2)

    16h : Concert des lauréats des disciplines vocales 2020

    17h : « Cunningham X 100 »

    Merce Cunningham a fait exploser définitivement les cadres et les codes de la danse pour la transformer en art majeur du XXe siècle. Le premier Event, a été crée en 1964, au Museum d’Art moderne de Vienne, faute d’espace convenable pour danser.
    Il a développé ensuite ce concept de spectacle « portatif » avec parties amovibles et tirées au sort. Cédric Andrieux, directeur de la danse au Conservatoire, et ancien danseur de la Merce Cunningham Dance Company, a décidé de rassembler les cent vingt élèves en danse et les élèves de la classe de percussion du Conservatoire pour cet Event géant proposé à La Villette en novembre 2019, le cadre du Festival d'Automne à Paris. Une occasion unique de rendre hommage au maître de la modernité chorégraphique, et de montrer l’importance de la technique Cunningham pour la danse d’aujourd’hui.

    Élèves de la direction des études chorégraphiques
    Élèves de la classe de percussion de Gilles Durot
    Merce Cunningham, chorégraphie
    Cheryl Therrien, répétitrice

    Pour ces 30 années de création, d’inspiration et d’émotion passées ensemble, le Conservatoire de Paris remercie ses mécènes et partenaires.