Journée d’études doctorales

Pour poser les jalons d'une pleine réussite professionnelle et artistique, le Conservatoire de Paris dispense un enseignement qui harmonise au mieux savoirs et savoir-faire. L'expérience de la scène est donc une partie essentielle de son projet pédagogique. Nous vous invitons à venir voir et entendre nos élèves, à les découvrir tout au long de cette programmation qui rythme la saison annuelle du Conservatoire.

Choisissez une date précise

RECHERCHE
jeudi 14 février 2019 à 14h
Journée d’études doctorales Conservatoire de Paris - Salon Vinteuil
Journée d’études doctorales

Organisées conjointement par l’Université Paris-Sorbonne et le Conservatoire de Paris, les journées d’études, ouvertes à tous, offrent aux élèves interprètes et compositeurs de troisième cycle supérieur un lieu d’échange, de ressources et d’expression pour nourrir leur recherche et présenter au public l’état d’avancement de leurs travaux.

Programme

Les doctorants Recherche et pratique jouent et chantent !

14h Récital commenté autour d’œuvres de Georges Enesco
par Julien Szulman, élève en doctorat Recherche et pratique, violon
Pierre-Yves Hodique, piano

Ce récital est l’occasion d’évoquer la scolarité au Conservatoire de Paris du violoniste et compositeur Georges Enesco (1881-1955) pendant les années 1895-1899 et d’interpréter des œuvres pour violon et piano en lien étroit avec cette période mettant en lumière l’évolution du style du compositeur (1re et 2de Sonates) et quelques œuvres qui lui sont dédiées par des personnalités musicales de l’époque (André Gédalge, Fernand Halphen, Martin Pierre Marsick).

Georges Enesco : Sonate n°1 opus 2 (1897, dédiée à Joseph Hellmesberger Junior)

Fernand Halphen : Sonate en ut# mineur (29 juillet 1899 - 9 juillet 1900, dédiée à Georges Enesco)

Martin Pierre Marsick : Poème d’été pour violon et piano, opus 24 : Attente (1900, dédié à Georges Enesco)

André Gédalge : Sonate n°1 pour piano et violon, opus 12 (29 mars 1897, dédiée à Georges Enesco)

Georges Enesco : Sonate n°2 opus 6 (Avril 1899, dédiée à Joseph et Jacques Thibaud)

15h Entre compositeur et interprète : analyse d'un processus de fabrication d'une œuvre - Dialogues interdisciplinaires dans la création de Blanc mérité
par Clément Himbert, docteur, ancien élève en doctorat Recherche et pratique

Lors de ma recherche doctorale, jumelée avec un projet de création impliquant le compositeur Gérard Pesson, j'ai observé "de l'intérieur" et pendant sept ans la genèse d'une œuvre, Blanc mérité, pour octuor avec saxophone principal.
Pendant ce processus compositionnel, nous avons observé un "accordage" entre les acteurs de la création, par la construction progressive d'une écoute commune et le partage de contraintes. L'œuvre s'est écrite conjointement à la thèse, au croisement de références littéraires et esthétiques et en regard du travail du peintre Roman Opalka.

15h45 Récital commenté autour de Hanns Eisler : de la République de Weimar à l’exil
par Marie Soubestre, élève en doctorat Recherche et pratique, violon
Romain Louveau, piano

« En étudiant la partition, la forte impression que ces pièces m’avait faite s’est même renforcée » dira Anton Webern à propos des Zeitungausschnitte de Hanns Eisler.
Avec les Zeitungausschnitte, ce n’est pas une rupture formelle qu e Eisler opère à l’égard de son maître Arnold Schoenberg, encore qu’il renonce à un dodécaphonisme rigoureux. La rupture tient au choix des textes : en utilisant des extraits de journaux, Eisler s’empare explicitement de problématiques sociales et politiques. Ce sont des sujets qu’il prend « tout à fait au sérieux », comme il le dira trente ans plus tard, bien qu’il les traite déjà avec humour et distance. Mais peut-être est-ce au fond la seule manière d’être véritablement sérieux ?
Ces extraits de journaux seront mis en regard avec des pièces ultérieures, écrites sur des textes de Brecht. Certaines sont parfaitement tonales, d’autres pas. Car la question formelle était pour Eisler subordonnée à celle du sens et du contexte. Il prônait un compositeur-artisan, détenteurs d’outils – dont le dodécaphonisme – dont il peut changer selon le choix des textes, le public ou les interprètes à qui sont destinées les pièces. Mais l’esprit de Eisler, présent dès les Zeitungausschnitte se décèle dans toute son œuvre, qu’elle soit tonale ou non.

(N.B. : toutes les œuvres sont de Hanns Eisler)

Die Ballade von der Billigung der Welt (1934) [Brecht]

Zeitungausschnitte (1925-1926), extraits
Mariechen
Liebeslied eines Kleinbürgermädchens – Heiratannonce
Kriegslied eines Kindes
Liebeslied des Grundbesitzers – Heiratannonce
Predigt des Feldkuraten
Frühlingrede an eine Baum im Hinterhaushof


Extraits du Hollywood Song-Book (sur des poèmes de Brecht)
Hotel Zimmer (1942)
An den kleinen Radioapparat (1942)
Elegie 1939
Über den Selbstmord (1942)

Le programme

Distribution

Direction des études musicales et de la recherche

Informations pratiques

ENTRÉE LIBRE SANS RÉSERVATION

< Retour à la liste

Haut de page