Journée d’étude — Centenaire de la musique médiévale en 78 tours

Pour poser les jalons d'une pleine réussite professionnelle et artistique, le Conservatoire de Paris dispense un enseignement qui harmonise au mieux savoirs et savoir-faire. L'expérience de la scène est donc une partie essentielle de son projet pédagogique. Nous vous invitons à venir voir et entendre nos élèves, à les découvrir tout au long de cette programmation qui rythme la saison annuelle du Conservatoire.

Choisissez une date précise

SÉMINAIRES ET CONFÉRENCES Journée d’étude
jeudi 12 décembre 2013 à 09h30
Journée d’étude — Centenaire de la musique médiévale en 78 tours Conservatoire de Paris - Salon Vinteuil
Journée d’étude — Centenaire de la musique médiévale en 78 tours

Journée d’étude organisée par Isabelle Ragnard
(professeur d’histoire de la musique du Moyen Âge et de la Renaissance)
Département de musicologie et analyse

L’invention de l’enregistrement sonore à la fin du XIXe siècle bouleversa le rapport des hommes à la musique d’un passé très lointain et jusqu’alors connue par un petit nombre d’initiés. En 1913, puis en 1915, la firme américaine Victor commercialisa cinq disques 78 tours rassemblant une dizaine d’œuvres du Moyen Âge destinées à illustrer un manuel d’éducation musicale à succès, What we hear in music d’Anne Faulkner, qui connut douze éditions révisées entre 1913 et 1943. La discographie médiévale était née.
Parmi les œuvres choisies, sept chansons profanes des XIIIe et XIVe siècles furent interprétées par des chanteurs lyriques accompagnés d’un petit ensemble instrumental selon une esthétique héritée du XIXe siècle. Les arrangements harmoniques des pièces, monodiques dans les sources médiévales, provenaient essentiellement des Echos du temps passé, recueils pour voix et piano publiés au milieu du XIXe siècle par le bibliothécaire du Conservatoire de Paris, Jean-Baptiste Weckerlin.
Ces enregistrements sont un précieux témoignage de l’image sonore du Moyen Âge à l’aube du XXe siècle. Aussi les problématiques soulevées par ce centenaire dépassent-elles le cadre de la période médiévale. Au cour de cette journée d’étude, spécialistes des enregistrements, musicologues et interprètes évoqueront notamment : les limites des procédés techniques de prise et de restitution du son en 78 tours ; l’état de l’historiographie de la musique médiévale au début du XXe siècle qui présida à la sélection d’un ensemble de pièces médiévales représentatives ; l’usage du disque 78 tours pour la diffusion de l’histoire de la musique auprès d’un large public.
Le dialogue entre Moyen Âge et période contemporaine sera également illustré musicalement. La diffusion d’enregistrements en 78 tours et des moments musicaux interprétés par les élèves du Conservatoire feront entendre des chansons médiévales extraites des recueils harmonisés pour voix et piano aux XIXe et XXe siècles, tandis que des versions monodiques, conformes à l’état actuel des connaissances historiques, seront proposées par une étudiante du Master Pro médiéval de l’Université Paris-Sorbonne.

Programme

9h30     
Isabelle Ragnard : Introduction

10h    
Les élèves de la classe d’Histoire de la musique du Moyen Âge et de la Renaissance du Conservatoire : Les œuvres médiévales enregistrées en 1913 et 1915 pour le label Victor (Etats-Unis)

Illustration musicale : Paloma Gutiérrez del Arroyo

11h30    Pause

11h45    
Caroline Dessaint : What We Hear in Music (1913-1943) d'Anne Shaw Faulkner : un manuel américain de « music appréciation » pour savoir écouter la musique ancienne

12h15    
Rémy Campos : Le son de la musique ancienne : Jean-Baptiste Weckerlin (1821–1910) collectionneur et éditeur.

Illustration musicale : Marie Perbost et Adrienne Martin

13h    Déjeuner

14h30     
Pierre Walder : De l’enregistrement sonore du cylindre aux disques

16h Pause

16h15    
Bruno Sebald et Luc Verrier : Le label Victor dans le contexte des premiers enregistrements de musique ancienne (1913–c. 1930)

17h15    
Isabelle Ragnard : La musique médiévale dans les collections de 78 tours à vocation éducative (1913–1953)

 

Programme détaillé à télécharger :

Intervenants

Rémy Campos est professeur d’histoire de la musique au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris depuis 2001. Ses recherches ont porté sur la redécouverte des musiques anciennes (La Renaissance introuvable ? Entre curiosité et militantisme : la Société des concerts de musique vocale, religieuse et classique du prince de la Moskowa (1843-1847), 2000), sur les conservatoires (Instituer la musique. Les débuts du Conservatoire de Genève (1835-1859), 2003) et sur les questions d’historiographie (avec Nicolas Donin, dir., L’Analyse musicale, une pratique et son histoire, 2009 ; François-Joseph Fétis musicographe, 2013). Il travaille actuellement sur l’histoire des pratiques musicales aux xixe et xxe siècles (avec Aurélien Poidevin, La Scène lyrique autour de 1900, 2012 ; étude sur le piano français à paraître en 2014).

Caroline Dessaint est élève en Cycle supérieur de musicologie au Conservatoire de Paris (classes d’histoire de la musique et d’esthétique) ainsi qu’étudiante en deuxième année de master de musicologie à l’Université Paris-Sorbonne. Ses travaux portent sur Messidor, opéra d’Alfred Bruneau et Émile Zola, et sur la voix chantée en France dans les premières décennies de la Troisième République. Elle a également écrit les notes de programme du Festival Berlioz 2013.

Chanteuse et interprète du psaltérion Paloma Gutiérrez del Arroyo s’est formée auprès des grands interprètes et chercheurs du répertoire médiéval dans des institutions européennes telles que l’Université Paris Sorbonne (Paris IV), la Schola Cantorum Basiliensis ou le Centro di formazione permanente per la musica e le arti del medioevo (Parme). Elle se produit entre autres avec les ensembles espagnols, français et italiens : Puy de sons d´autrefois (dont elle est cofondatrice), Ars Combinatoria, Oiet (dont elle est cofondatrice), Azalaïs, La Frottola et La Reverdie, en duo avec le multi-instrumentiste Bill Cooley et avec les chanteuses Catherine Schroeder et Élodie Mourot. Poursuivant une activité pédagogique et de divulgation du répertoire, elle donne depuis 2011 des cours sur l’interprétation du répertoire médiévale en Espagne, en France et en Italie, auprès de publics spécialisés ou non initiés, adultes et jeunes. Parallèlement, elle a poursuivi une carrière scientifique aboutissant à un doctorat en biophysique (2009).

Isabelle Ragnard est professeur au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris et Maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Elle y enseigne l’histoire et l’analyse de la musique du Moyen âge et de la Renaissance. Ses recherches musicologiques portent en particulier sur la chanson française et le théâtre au Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles). Elle s’intéresse également aux résurgences de la musique médiévale dans la production artistique contemporaine (théâtre et cinéma) et à l’évolution de l’interprétation. Elle réalise actuellement le recensement et l’étude des enregistrements discographiques de la musique médiévale en 78 tours dans le monde (1913–1953).

Conservateur au département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque Nationale de France, Bruno Sébald est responsable de la collection de phonogrammes anciens. Ses missions précédentes, également sur des fonds de documents sonores, et diverses expériences professionnelles (service audiovisuel de la Médiathèque du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, gestion du dépôt légal des enregistrements sonores au Département de l’Audiovisuel à la BNF, chargé de mission sur les fonds audiovisuels du département des Arts du Spectacle) lui ont permis d’appréhender l’histoire de l’enregistrement sonore dans ses dimensions éditoriales et de contenu des répertoires.

Luc Verrier
est actuellement responsable technique des travaux de transfert des documents sonores au sein du département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque Nationale de France où il travaille depuis 1994. En tant que spécialiste des transferts de numérisation, restauration et expertise des documents audiovisuels, il a été consultant technique sur la mise en œuvre des chaînes de numérisation audio et vidéo des sites Tolbiac et Bussy-St-Georges. Il est aussi en charge du suivi technique des travaux de transfert « en masse » des supports anciens  (prestations Int/Ext, marchés publics et dernièrement le projet BnF Collection). Parallèlement il a été chargé d'enseignement pour le Master « Cinéma, Audiovisuel et Archives : conservation, restauration sonore » à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée (LISAA) dans le département Cinéma, Audiovisuel, Arts Sonores et Numériques. Preneur de son pour différents labels musicaux et associations, il a travaillé précédemment pour le transfert du son et la restauration sonore dans le domaine du cinéma dans une société privée, et comme opérateur de prise de son, monteur vidéo et mixeur, au sein de la cellule actualité de l’Etablissement Cinéma Photo des Armées.

Diplômé de l’Ecole d’ingénieurs de Genève, Pierre Walder acquiert une importante expérience professionnelle auprès de la Deutsche Grammophon à Hanovre, de la BBC à Londres et entre à Radio-Genève en 1959. Il devient chef du centre de production puis membre du Collège de formation à la radio TV Suisse romande. Il est par ailleurs conseiller à l’Anthologie de la musique suisse. Professeur d’acoustique musicale au Conservatoire de Genève, chargé de cours au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris et à l’EJ-MA de Lausanne, il anime des séminaires en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. Concepteur de spectacles pyromusicaux, il ouvre à Genève en 1996 le bureau Spectacle, Musique, Acoustique et Formation. Il est cofondateur en 1997 du CFMS (Centre de Formation aux Métiers du Son) à Lausanne où il enseigne. Il est notamment l’auteur, avec Christian Hugonnet, de l’ouvrage : Prise de son. Stéréophonie et son multicanal (Eyrolles).

Les élèves de la classe d’Histoire de la musique du Moyen Âge et de la Renaissance du Conservatoire de Paris : Caroline Dessaint, Coline Feler, Liliane Galindo, Cécile Lartigau, Brice Le Clair, Adrienne Martin, Rasa Murauskaitè, Coline Oddon, Marie Perbost, Chloé Richard-Desoubeaux, Célia Triplet.

Informations pratiques

Entrée libre dans la limite des places disponibles

< Retour à la liste

Haut de page