Journée d'étude autour de Heitor Villa-Lobos

Pour poser les jalons d'une pleine réussite professionnelle et artistique, le Conservatoire de Paris dispense un enseignement qui harmonise au mieux savoirs et savoir-faire. L'expérience de la scène est donc une partie essentielle de son projet pédagogique. Nous vous invitons à venir voir et entendre nos élèves, à les découvrir tout au long de cette programmation qui rythme la saison annuelle du Conservatoire.

Choisissez une date précise

RECHERCHE
vendredi 10 janvier 2020 à 09h30
Journée d'étude autour de Heitor Villa-Lobos Conservatoire de Paris - Salon Vinteuil
Journée d'étude autour de Heitor Villa-Lobos

Hommage à Heitor Villa-Lobos

Le Conservatoire propose une série de concerts autour du compositeur brésilien Heitor Villa-Lobos, explorateur du Brésil et de sa musique populaire. Les moments musicaux d’hier sont complétés par une journée d’étude autour de l’œuvre de Heitor Villa-Lobos.

Programme / Distribution

9H30
MOT D’ACCUEIL
Fabre Guin et Etienne Kippelen

9H45
LES INFLUENCES FRANÇAISES DANS LA MUSIQUE DE
VILLA-LOBOS – UN REGARD INTERPRÉTATIF
Simone Menezes
Le rôle de l'interprète dans la musique de Villa-Lobos est fondamental. Profondément prolifique, Heitor Villa-Lobos ne retouchait que très rarement son oeuvre en laissant se rôle à l'interprète. Interpréter Villa-Lobos signifie également se plonger dans l'oeuvre de Villa-Lobos. Pour ce faire, il est nécessaire de comprendre la musique brésilienne et l'influence française exercée dans son oeuvre. Nous mettrons en évidences trois éléments de l'influence française dans la musique de Villa-Lobos : le prise en compte du temps, la préférence pour les formes libres et l'importance des éléments extra-musicaux.

10H15
UN PAYSAGE SONORE BRÉSILIEN DE VILLA-LOBOS
Cécile Delétré et élèves de la classe d’ethnomusicologie
Par le voyage, mais plus probablement encore par l’enregistrement, Heitor Villa-Lobos a fait connaissance des musiques populaires et traditionnelles de son pays.
Après avoir explicité brièvement ces deux notions, le populaire et le traditionnel, la classe d’ethnomusicologie donnera à entendre, explications à la clé, quelques extraits de musique amérindienne, afro-américaine et brésilienne représentatifs de la musique du Brésil de Villa-Lobos.

10H45 PAUSE

11H
INTERCULTURALITÉS DANS LA COOPÉRATION FRANCO-BRÉSILIENNE : LE CAS DU CHORO, MUSIQUE MÉTISSE ET « ÂME DU PEUPLE BRÉSILIEN » SELON VILLA-LOBOS
Étienne Clément
Dans le contexte pluriséculaire des relations historiques et musicales franco-brésiliennes, nous aborderons les interculturalités dont s’est servi le compositeur Villa-Lobos pour faire de son oeuvre une synthèse de la musique classique européenne et de la musique populaire brésilienne, et notamment du genre choro. À partir de la naissance du choro (années 1880) et de celle de Villa-Lobos (1887), nous proposons une approche historique et linguistique des interculturalités France-Brésil afin de s’interroger sur la place qu’a eu le choro dans la formation de Villa-Lobos.

11H30
AUTOUR DE MAGDALENA ET YERMA, DEUX OUVRAGES
LYRIQUES DE VILLA-LOBOS
Rémi Jacobs
Magdalena et Yerma illustrent les deux versants de la création de Villa-Lobos Obéissant à la mode des « musicals » américains, Magdalena offre le spectacle bariolé d’un exotisme amérindien mêlé de parisianisme
Belle époque. Villa-Lobos y a réutilisé des thèmes favoris d’oeuvres antérieures.
Inspiré par la pièce écrite de Garcia Lorca (1934), Yerma se résume à un huis-clos mettant en jeu, dans un milieu campagnard, une femme en mal d’enfant en butte aux sarcasmes de ses voisines et à l’indifférence de son mari.
Drame intime écrit en espagnol par un Villa-Lobos qui a adopté une diction lyrique linéaire soutenue par une orchestration minimaliste.

12H
LE NONETTO (1923) DE VILLA-LOBOS : UNE MUSIQUE
DE « SAUVAGE » ?
Étienne Kippelen
En écrivant son nonette quelques mois avant d’embarquer pour la France, Villa-Lobos dépeint un tableau volontairement chamarré du Brésil. De la formation, totalement insolite (flûte, hautbois, clarinette, saxophone alto et baryton, basson, harpe, piano, célesta, dixhuit instruments de percussion et choeur mixte), où le choeur mixte, notablement sous-employé, sert de faire-valoir, jusqu’à l’éclatement extrême du discours, frisant la maladresse : tout semble indiquer qu’il s’agit d’une musique de « sauvage », selon les critères entendus comme tels en Europe et notamment dans la France de l’entre-deux-guerres, friand d’exotisme et de dépaysement radical. Influencé par le rythme stravinskien, les incantations varésiennes et le bruitisme primal d’un
George Antheil, ce nonette obtient un franc succès à Paris lors de sa création et servit de réservoir d’idées lors de la composition de plusieurs Chôros. Nous nous proposons d’étudier cette partition aujourd’hui tombée dans l’oubli, à l’aune d’une esthétique du « sauvage », à laquelle Villa-Lobos lui-même donner un certain crédit, notamment lors de son deuxième voyage à Paris en 1927.

12H30
QUESTIONS ET ÉCHANGES AVEC LE PUBLIC

Département musicologie et analyse
Département des disciplines instrumentales classiques et contemporaines

Le programme

Informations pratiques

ENTRÉE LIBRE SANS RÉSERVATION

< Retour à la liste

Haut de page