Jeunes compositeurs

Retour à la liste

2011

Mathieu Bonilla

Entailles

mathieu.bonilla@gmail.com

Journées de la composition 2011

Programme 

Concerto pour guitare, orchestre de chambre et électronique

I. Mouvement 1 
II. Mouvement 2 
III. Mouvement 3 
IV. Mouvement 4 
V. Mouvement 5 
VI. Mouvement 6 
VII. Mouvement 7 
VIII. Mouvement 8 
IX. Mouvement 9 

Ouverture, prélude, cadences et interludes en incrustation viennent compromettre le protocole consacré du concerto, bien que les grands piliers de cette forme, un mouvement lent au milieu de deux mouvements vifs, soient conservés : allegro giocoso, lamento et allegro di tempesta.
Composé à l’intention de Giani Caserotto, Entailles déploie un environnement qui intègre le soliste avec précaution. La nature particulière de la guitare, son jeu subtil et sa timidité sonore obligent l’orchestre à la retenue. La musique est en délicatesse. Cette position difficile à maintenir est traversée d’humeurs capricieuses, joueuses, sombres, plaintives ou revêches. La cohabitation est d’autant plus fragile que la sonorité du soliste irrémédiablement se décharne et impose de nouvelles exigences.

Sur le métier

Journées de la composition 2009

Programme

Pour 8 musiciens

En 1801, Joseph Marie Jacquard, sensible au labeur des enfants de tisserands, réalise le premier métier à tisser automatisé afin de soustraire la jeunesse aux obligations familiales. Il regrettera que de cette libération résultent mécanisation du travail, chômage et mouvements sociaux des canuts inquiets.
Dans Sur le métier, les instruments pincés, frottés, soufflés, frappés… reconstituent un atelier mécanisé. Les musiciens tentent de prévenir les soubresauts instrumentaux issus de la logique « machinique » et répétitive. Tantôt laborieux, tantôt joyeux, souffreteux ou emballés, les mécanismes se mettent en jeu et font entendre leur chant de travail.

Orpaillage

Concert électroacoustique, étudiants des classes de Luis Naón, Yann Geslin et Tom Mays, 18 mars 2011

Pour percussions et électronique

Lors de la composition, s'est imposé le souvenir d'une photo de l'installation La mort de James Lee Byars. Dans cette œuvre, des feuilles d'or tapissent les murs, le plafond et le sol d'une pièce ainsi que, placée au centre, une boîte grande et large comme un Homme. L’artiste utilisa cet espace comme lieu de performance. Se sachant atteint de maladie, il se vêtissait d’habits dorés et simulait sa propre disparition.
Dans Orpaillage, la couleur des percussions utilisées (cencerros, crotales et une timbale), couplées à des prolongations entre des sons électroniques et des sons métalliques tintés d'impuretés furent déterminants dans cette analogie. Cette référence ne fut pas première mais elle accompagna le travail et l'imaginaire de la matière sonore que je façonnais : Composition de murs sonores vivants et vibratiles autour d'un centre alternant mouvements et paralysie.
Deux techniques sont principalement utilisées pour le traitement sonore :

  • une orchestration de synthèse granulaire dont les grains sont prélevés en temps réel et accordés suivant une distorsion des intervalles composant la ligne instrumentale.
  • une technique de modulation du son par une transformation spectrale qui fonctionne comme un négatif du son. Elle consiste à amplifier les fréquences faibles et à diminuer les fortes puis à transposer le tout plusieurs fois et faire apparaître rapidement ces transpositions en fonction de l'intensité du son. Cela permet de grossir le trait et de créer un double synthétique simultané qui diversifie la couleur de l'instrument en le bruitant de différentes manières.

Chacha

Miniatures – 30 créations sur le thème de la danse, classes de composition, 29 avril 2009

Pour clarinette et violoncelle

Des emprunts à Todos bailan mi chachacha apparaissent brièvement dans ce duo dont la célérité du tempo, comme la sonorité éclaire le titre, mue le glissement du pas des danseurs en tours de passe-passe.

Haut de page