Denis Simonnet

Denis Simonnet est né à Thiers, dans le Puy-de-Dôme. Il découvre le hautbois à 10 ans, dans la classe de Pierre Giry, et obtient dés 15 ans sa médaille d’or du Conservatoire de Thiers. Encouragé par ce début prometteur, il étudie ensuite au Conservatoire national de région de Lyon où il obtient un Premier Prix en 1993, avant de rejoindre la classe de Daniel Arrignon au CNR de Rueil-Malmaison, dont il sort avec le Premier Prix en juin 1996. L’année suivant, il se voit décerner le Premier Prix de la Ville de Paris, ainsi que le Premier Prix européen de Picardie. Il entre ensuite au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, dans les classes de David Walter et de Jacques Tys, et obtient le Premier Prix en juin 2002.

Son parcours artistique le conduit à jouer en musique de chambre, en récital avec piano, mais également en orchestre, notamment avec l’Orchestre français des Jeunes, sous la direction d’Emmanuel Krivine et Jesus Lopez-Cobos, avec l’Orchestre national de France, l’Orchestre de la BBC et le London symphonic Orchestra, sous la direction de Pierre Boulez. Il a ainsi joué dans quelques-unes des salles les plus prestigieuses telles que le Théâtre des Champs-Elysées, l’Opéra de Lyon, où il fit le remplacement du hautbois solo, le Concertgebow d’Amsterdam, le Konzerthaus de Berlin ou encore le Royal Albert Hall de Londres sous la direction de Sir Colin Davis.

Il se produit souvent en soliste avec orchestre, avec un répertoire comme le Concerto pour hautbois d’amour de J.S. Bach, Marcello ou Cimarosa, qu’il avait d’ailleurs déjà interprété aux côtés de Maurice André fin 2004 à Villeparisis.

Après les réussites des concours de l’orchestre de l’Opéra du Liceu de Barcelone et de l’Orchestre national de Porto, Denis Simonnet est depuis appelé régulièrement par ces orchestres en tant que hautbois solo. Depuis septembre 2005, il est hautbois solo de l’Orchestre des lauréats du Conservatoire. En octobre 2005, Denis Simonnet était hautbois solo de l’Orchestre Français Albéric Magnard pour les créations lyriques du Théâtre français de la Musique au Théâtre Impérial de Compiègne : « L’Arlésienne » et « Djamileh » de Bizet.

Haut de page